Le tabagisme est à l'origine de 50 % des cas de cancer de la vessie

Le tabagisme est à l’origine de 50 % des cas de cancer de la vessie

Le cancer de la vessie est l’un des cinq cancers les plus fréquemment diagnostiqués en France et, selon le rapport « Las cifras del cáncer en España 2022 » de la Société espagnole d’oncologie médicale (SEOM), plus de 22 000 cas seront diagnostiqués en 2022.

On estime que plus de 570 000 nouveaux cas de cancer de la vessie sont diagnostiqués chaque année dans le monde, et que 1,7 million de personnes vivent avec cette maladie. « Au niveau urologique, le cancer de la vessie arrive en deuxième position après le cancer de la prostate et, au niveau mondial, il occupe la cinquième place après les cancers colorectal, du sein, du poumon et de la prostate. Comme nous le rappelons toujours, et d’autant plus en ce mois de mai qui est le mois de sensibilisation au cancer de la vessie, la prévention et les contrôles sont essentiels pour détecter cette maladie à temps. Nous ne devons pas négliger notre santé par gêne ou pour minimiser l’importance des symptômes », a déclaré le Dr Javier Romero-Otero, directeur du département d’urologie des hôpitaux HM de Madrid et directeur médical de la clinique ROC.

Le cancer du poumon, mais pas que…

De plus, contrairement au cancer du poumon, peu de personnes associent ce type de cancer au tabagisme, alors qu’il s’agit de l’un des facteurs les plus étroitement liés à l’apparition de la tumeur. Le tabagisme est à l’origine d’au moins 50 % des cas de cancer de la vessie, le risque de le développer étant multiplié par quatre chez les patients qui fument.

Selon le Dr Félix Guerrero Ramos, urologue spécialisé dans le cancer de la vessie et chef de l’unité d’uro-oncologie de la clinique ROC, « les tumeurs de la vessie sont plus fréquentes chez les hommes et surviennent généralement chez les personnes de plus de 40 ans, mais il existe également des cas chez des personnes plus jeunes ».

D’autres facteurs qui ont une influence notable sur cette pathologie sont l’exposition environnementale et professionnelle à l’aluminium, aux teintures, aux peintures, au pétrole et au caoutchouc, entre autres, de sorte que, comme le recommande le Dr Guerrero, « en plus d’éviter de fumer, si vous êtes exposé, il est d’une importance vitale de vous protéger, en accordant une attention particulière à l’ exposition aux radiations ou à certains agents de chimiothérapie comme le cyclophosphamide ».

La vessie est un organe musculaire creux dont la fonction est de stocker l’urine provenant des uretères jusqu’à son élimination par l’urètre. Elle possède une paroi appelée urothélium, qui est en contact direct avec l’urine, et c’est là que le cancer de la vessie peut se développer, lorsque les cellules de l’urothélium se multiplient de manière anormale et incontrôlée, en raison d’une altération de leur matériel génétique qui peut apparaître spontanément et qui est favorisée par les agents cancérigènes mentionnés précédemment.

Les experts de la clinique ROC, un centre médico-chirurgical d’urologie avancée, expliquent qu' »il existe deux entités aux pronostics et aux traitements différents : la tumeur de la vessie non-musculo-invasive, qui respecte la couche musculaire de la vessie (75%) et la tumeur de la vessie musculo-invasive, qui affecte la couche musculaire (25%) ». « Heureusement, entre 75 et 80 % des cancers qui sont diagnostiqués sont non invasifs, c’est-à-dire que la racine du cancer n’affecte pas le muscle de la vessie, ce qui permet de préserver la vessie chez la plupart des patients avec une série de traitements, mais nécessitant toujours une surveillance très étroite étant donné le risque de récidive ou de progression de cette maladie vers des stades plus invasifs », explique le Dr Guerrero

DÉTECTION ET TRAITEMENT

En ce qui concerne les symptômes révélateurs du cancer de la vessie, un indicateur se distingue par sa fréquence élevée : dans la majorité des cas (environ 80-90%), on observe une hématurie, c’est-à-dire un saignement lors de la miction, qui peut parfois être accompagné de caillots. Les symptômes consistant en une augmentation de la fréquence des mictions, une gêne telle qu’une dysurie ou des démangeaisons et un besoin urgent d’uriner sont également des manifestations possibles.

En général, les patients diagnostiqués avec ces tumeurs doivent subir de multiples traitements et des contrôles fréquents et exhaustifs avec différents types d’examens (analyses de sang et d’urine, cystoscopies, échographies, tomodensitométries, etc.), sur des périodes pouvant aller jusqu’à 10 ans. Même lorsqu’elles sont diagnostiquées et opérées à un stade précoce, jusqu’à 80 % de ces tumeurs réapparaissent et, bien que moins fréquemment, elles peuvent évoluer vers des stades plus avancés », a déclaré le Dr Guerrero.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.